annuaire-info

Bien plus qu'un annuaire d'annuaires !

AVG Anti-Virus et AdWords

Depuis quelques semaines, mon excellent AVG Anti-Virus Free Edition (Grisoft) m’invitait à remplacer ma version 7.5 par la nouvelle version. Après le n-ième rappel, j’ai fini par me décider à télécharger et installer la nouvelle version 8.0. Le téléchargement et l’installation automatique se sont déroulés sans difficulté.

C’est seulement quand je suis retourné faire une recherche sur Google que je me suis intéressé de plus près aux nouvelles possibilités de mon anti-virus. Voici comment était l’écran:

AVG anti-virus Grisoft with Google search results

(suite…)

Publié le 29 mai 2008 sous AdWords, Robots | Aucun commentaire

 

Les secrets de « ErrorDocument 404 »

ErrorDocument 404, vous connaissez ? C’est une instruction du fichier .htaccess par laquelle on spécifie la page que doit afficher un serveur web en cas d’erreur 404, l’erreur 404 étant celle qui se produit quand un visiteur demande une page non existante.

Bonne utilisation de « ErrorDocument 404 »

Voici un exemple typique d’utilisation:

ErrorDocument 404 /plan_du_site.html

Ainsi le visiteur qui se trompe en tapant l’adresse d’une page ou qui recherche une ancienne page disparue se voit afficher le plan du site.

Cette instruction ne perturbe pas les robots des moteurs de recherche qui eux reçoivent bien le code HTTP 404 quand ils demandent une adresse inexistante.

Mauvaise utilisation de « ErrorDocument 404 »

Voici un exemple d’utilisation à éviter absolument:

ErrorDocument 404 http://www.mon_site.com/plan_du_site.html

Notez bien la différence. Ici l’adresse indiquée commence par « http:// » et le visiteur qui se trompe d’adresse se voit rediriger vers la page avec le plan du site (redirection 302).

Quels sont les conséquences de cette redirection ? Premièrement, l’adresse affichée dans la barre d’adresse n’est plus l’adresse erronée, mais l’adresse de la redirection. Deuxièmement, et c’est bien plus important, les robots des moteurs de recherche ne voient plus qu’il y a une erreur d’adresse. Ils vont suivre la redirection et considérer que le plan du site est le contenu normal de l’adresse erronée. L’adresse erronée ne sera pas supprimée de l’index du moteur de recherche et toutes les pages erronées vont s’y retrouver avec le même contenu, celui de la page de la redirection, d’où un « duplicate content » massif et néfaste.

« ErrorDocument 404 » et redirection 301

Il est possible de transformer astucieusement l’instruction ErrorDocument 404 en redirection 301. Pour cela, il vous faudra utiliser cette ligne dans .htaccess :

ErrorDocument 404 /404vers301.php

Et votre fichier 404vers301.php devra contenir ce code:

<?php
header("Status: 301 Moved Permanently", false, 301);
header("Location: http://www.mon_site.com/plan_du_site.html");
exit();
?>

Ici aussi une redirection aura lieu vers la page avec le plan du site, mais, cette fois, ce sera une redirection 301. C’est sans importance pour les visiteurs, mais, pour les robots de Google et des autres moteurs, c’est tout différent. Pour eux, le code HTTP 301 signifie que l’adresse demandée est périmée et qu’ils doivent la remplacer dans leur index par l’adresse de la redirection. Dans notre exemple, ce sera l’adresse du plan du site. Cette adresse récupérera tout le poids des backlinks (PageRank, link juice,…) des adresses erronées.

Vous pouvez perfectionner cette technique en choisissant l’adresse de la redirection en fonction de l’adresse erronée en testant $_SERVER['REQUEST_URI'].

Publié le 10 mai 2008 sous Google, Live Search, Yahoo! Search | 3 commentaires

 

Mise à jour du PR des annuaires

On dit que le PageRank est mort, qu’il ne sert plus à rien, que c’est un gadget marketing sans intérêt,… Mais, en attendant mieux, c’est plus fort que nous: chacun continue de lorgner sur ce fameux PR.

Fin avril, Google a mis à jour les valeurs publiées du PageRank. Nous avons également remis à jour les PR affichés dans nos listes d’annuaires. Rappelons que nous nous intéressons uniquement au PR de la page d’accueil de l’annuaire et non au PR de la page d’accueil du site.

Bravo à tous ceux qui ont progressé :

Nouvel annuaire en PR 7

(voir toute la liste des annuaires avec un PR 7)

    Anciennement PR 6 :

  • http://annuaire.pro/

Nouveaux annuaires en PR 6

(voir toute la liste des annuaires avec un PR 6)

    Anciennement PR 5 :

  • http://www.annuaire-du-net.net/
  • http://www.recherche-web.com/

Nouveaux annuaires en PR 5

(voir toute la liste des annuaires avec un PR 5)

    Anciennement PR 4 :

  • http://fr.wedoo.com/
  • http://univers-maison.mylinea.com/
  • http://www.add.lu/
  • http://www.e-komerco.fr/
  • http://www.kagibi.net/
  • http://www.luberonweb.com/annuaire/index.php3
  • http://www.petanque-petanque.com/
  • http://www.rapidmemo.be/
  • http://www.referencez-vous.com/annuaire/
  • http://www.relite.org/v2/annuaire/
  • http://www.seek-blog.com/
  • http://www.top-annuaire.com/
  • http://www.visoterra.com/annuaire-voyage/
  • http://www.web-immobilier.net/
    Anciennement PR 3 :

  • http://www.annuaires-environnement.com/
    Anciennement PR 0 :

  • http://www.objectif-suede.com/annuaire/index.php

Encore toutes nos félicitations à ces champions !

Publié le 3 mai 2008 sous Listes d'annuaires | Aucun commentaire

 

Quality Rater Guidelines

Quality Rater Guidelines peut se traduire par « Consigne de qualité pour les évaluateurs« . C’est le titre d’un document confidentiel de Google qui circule sur le web depuis quelques jours.

Ce n’est pas la première fois qu’on parle d’évaluateurs humains chez Google. Depuis 2004, des offres d’emploi de Google parlent de fonctions d’évaluateur (quality rater), mais c’est la première fois qu’un document décrivant précisément les critères d’évaluation est dévoilé:

Compréhension des requêtes

Toutes les évaluations de qualité sont faites en tenant compte de trois paramètres:

  • la requête
  • la langue
  • le pays

Pourquoi ces paramètres ? Simplement parce qu’un internaute français ou allemand espére trouver des documents dans sa langue, mais aussi parce qu’un internaute américain qui fait la recherche « football » recherche des pages à propos du football américain, alors qu’un internaute anglais recherche des pages sur le football européen.

Interprétation dominante et interprétation possible

Pour une requête donnée, plusieurs interprétations sont souvent possibles. Par exemple, « mars » peut évoquer la planète Mars, le mois de mars ou une barre chocolatée et « bruni » peut être le nom de famille de l’épouse du président français ou le participe passé du verbe brunir. Dans ces exemples, la première interprétation est l’interprétation dominante et les autres sont ce que Google appelle des interprétations possibles.

Requête large et requête spécifique

« téléphone portable » est une requête large. « Sony Ericsson Z530i » est une requête spécifique. Pour une requête large, Google souhaite que la page de destination soit générale, alors que pour une requête spécifique, la page de destination doit, bien entendu, être spécifique.

Quantité d’informations disponibles

Une page qui ne contient qu’un lien ou qu’un bref article ne constitue habituellement pas un bon résultat, sauf si très peu d’informations sont disponibles ailleurs sur le web sur le sujet de la requête.

Actualité

L’interprétation de la requête « George Bush » en 1994 ou en 2008 ne renvoie pas à la même personne. L’évaluation doit se baser uniquement sur le sens actuel de la requête.

Types de requêtes

Requête de navigation (navigational)

Une requête de navigation est une requête qui est tapée dans le but d’accéder à une page bien déterminée. La plupart des internautes qui tapent « tf1 » recherchent le site www.tf1.fr.

Requête d’information (informational)

Une requête d’information est une requête qui est tapée dans le but d’accéder à une ou plusieurs pages d’information sur le sujet. L’objectif est d’en savoir plus sur le sujet. La plupart des internautes qui tapent « tsunami » recherchent des renseignements sur ce phénomène.

Requête de transaction (transactional)

Une requête de transaction a pour objectif la réalisation d’une transaction, gratuite ou payante. L’objectif est d’acheter un produit ou un service ou de télécharger gratuitement un logiciel, un film, d’accéder à un programme de divertissement,… . « téléchargement sonnerie nokia » est un exemple de requête de ce type.

De nombreuses requêtes entrent dans plusieurs de ces catégories.

Grille d’évaluation

Les pages qui apparaissent dans les résultats de recherche sont évaluées selon la grille suivante.

Résultat vital (vital)

C’est uniquement quand il existe une interprétation dominante pour une requête de navigation que la page de destination attendue est qualifiée de « résultat vital ». Il peut s’agir de la page officielle correspondant à une marque ou une personne. Ce n’est pas nécessairement la page qui contient les informations les plus complètes ou les plus à jour sur le sujet. Ceci s’applique exclusivement aux requêtes de navigation. La plupart des requêtes ne sont donc pas concernées.

Résultat utile (useful)

Quand la page de destination est très satisfaisante, complète ou de haute qualité ou qu’elle fait autorité, on dira qu’elle constitue un « résultat utile ».

Résultat pertinent (relevant)

Une page est qualifiée de « résultat pertinent » si elle comporte une information intéressante mais limitée ou incomplète ou si elle ne fait pas autorité sur le sujet.

Résultat non pertinent (not relevant)

Bien que la page ait un certain rapport avec le sujet, elle n’apporte guère d’information intéressante. Cela peut être le cas d’une page dont le contenu est dépassé ou dont le contenu n’intéresse qu’un nombre réduit d’internautes.

Une page contenant des liens vers des pages pertinentes sera jugée non pertinente si elle ne contient elle-même aucune information intéressante.

Résultat hors sujet (off-topic)

La page n’a qu’un rapport lointain ou aucun rapport avec la requête ou elle ne tient pas compte d’un des mots de la requête. Par exemple, pour la requête « voiture allemande », la page www.toyota.fr est un « résultat hors sujet ». Une page sans information en rapport avec la requête et qui, comme sur un moteur de recherche, impose de compléter un formulaire pour aboutir à des informations intéressantes est hors sujet.

Les mots clés dans l’URL ne doivent pas intervenir dans l’évaluation. Une même page qui est accessible par plusieurs URL doit avoir la même évaluation quelle que soit l’URL.

Cas de non évaluation

Des raisons techniques ou autres peuvent rendre l’évaluation impossible.

Page non disponible (didn’t load)

Pour des raisons techniques, la page n’apparaît pas (erreur 404 ou autre) ou n’est pas lisible ou elle demande l’introduction d’identifiants avant l’affichage du contenu.

Langue étrangère (foreign language)

La page obtenue n’est pas en anglais et elle n’est pas non plus dans la langue de l’évaluation.

Impossible à évaluer (unratable)

Pour une autre raison, l’évaluateur ne s’estime pas en mesure d’évaluer la page.

Recherche de spam

Certaines pages utilisent des techniques destinées à tromper les algorithmes des moteurs de recherche. Pour chaque page, un des trois attributs suivants doit être sélectionné: spam, spam possible ou aucun spam.

Aide à la détection du spam

La plupart des pages de spam n’offre aucune valeur ajoutée aux visiteurs. Les spammeurs rentabilisent leurs pages grâce aux liens commerciaux qu’elles contiennent.

Les pages suivantes ont une valeur ajoutée et ne doivent donc pas être considérée a priori comme du spam: comparateurs de prix, descriptifs de produits, pages d’astuces, pages de citations, pages de contact, pages « bons plans ».

Les pages suivantes sont des pages de spam quand elles sont sans contenu original: page de liens commerciaux, page parking de domaine, page d’affilié. Des sources fréquentes de contenu recopié sont Wikipedia, DMOZ, les flux RSS et les moteurs de recherche.

Les pages utilisant des textes ou des liens cachés sont des pages de spam seulement si l’intention est de tromper les moteurs de recherche.

Certaines pages de spam utilisent une redirection JavaScript ou des frames pour présenter un contenu aux visiteurs et un autre aux moteurs de recherche. Des pages qui utilisent anormalement des mots clés sont des pages de spam.

Autres attributs

Il s’agit des attributs « pornographique » et « malveillant ». Une page est dite « malveillante » si elle propose le chargement de virus ou de spyware ou si elle affiche des fenêtres multiples qu’il semble difficile d’interrompre.

Que retenir de ce document ?

Les temps deviennent durs pour les spammeurs. Le poids des astuces de référencement diminue progressivement au fur et à mesure que l’évaluation humaine prend de l’ampleur. Quant aux spammeurs, ils savent que leurs sites n’ont aucun avenir et qu’ils ne peuvent viser que des coups d’éclats dans le court terme.

Les webmasters doivent plus que jamais mettre l’accent sur la qualité et l’originalité du contenu de leur site. La présence d’évaluateurs humains renforce probablement aussi les sites « politiquement corrects » et conformes aux idées dominantes.

Publié le 22 mars 2008 sous Google | 3 commentaires

Compte Google ou compte Gmail ?

Lors de votre connexion à AdSense, Google vous a probablement déjà demandé de créer un compte Google.

Ce compte Google doit vous permettre de vous connecter avec la même adresse email (qui sert d’identifiant) à différents services Google. Les services concernés sont notamment l’historique web, Gmail, AdSense, iGoogle, Google Checkout,…

Contrairement à ce que beaucoup pensent, il n’est pas obligatoire que ce compte Google soit un compte Gmail. Dans le cas d’annuaire-info.com, nous ne voulions pas devoir gérer une adresse email de plus. Dans le formulaire d’activation du compte Google, nous avons donc simplement indiqué l’adresse email que nous utilisons depuis toujours pour AdSense.

Attention: si vous activez Gmail pour ce compte Google, ce sera l’adresse Gmail qui deviendra votre adresse principale pour votre compte Google.

Publié le 5 mars 2008 sous AdSense, Google | Aucun commentaire

 

PubCon, questions et réponses de Google

PubCon 2007, c’était le grand événement du marketing Internet à Las Vegas en décembre dernier. Vous n’y étiez pas ? Moi non plus, mais Google a publié une liste intéressante de questions fréquemment posées par les webmasters dans leurs conversations avec les spécialistes de Google. En voici un petit compte-rendu.

Fichier de vérification de site et balise META pour la vérification

La question la plus posée est de savoir s’il faut laisser le fichier de vérification ou la balise en place une fois que Google a confirmé que la vérification a été effectuée. La réponse est « oui ». Google refait périodiquement la vérification pour s’assurer que seules les personnes autorisées ont accès aux informations.

Conseil sur l’aspect multi-utilisateurs des outils webmasters

Google recommande de prévoir un fichier de vérification ou une balise META par utilisateur des outils webmasters et de conserver précieusement la liste des utilisateurs autorisés. Cette pratique permet une meilleure gestion des départs et des nouveaux venus dans les équipes chargées de la gestion de sites.

Sous-domaine ou sous-répertoire ?

Faut-il privilégier l’emploi de sous-domaines ou de sous-répertoires ? Google vous conseille de faire le choix uniquement en fonction de l’intérêt de vos visiteurs, en tenant compte de vos possibilités de gestion de sous-domaines et de sous-répertoires. Votre choix aura peu d’influence sur le classement des pages dans Google.

Tiret ou souligné ?

La question éternelle est, bien sûr, de savoir si Google traite différemment l’underscore ou caractère de soulignement (_) du tiret (-) dans les URL. Google commence par préciser que les signes de ponctuation sont des séparateurs acceptables pour Google. Le point, la virgule, voire les parenthèses ou d’autres signes de ponctuation pourraient donc être de bons choix pour séparer les mots dans l’URL. Google ajoute qu’actuellement le tiret est un séparateur, mais l’underscore n’en est pas un pour Google. L’auteur de l’article dément donc une annonce précédente de Matt Cutts, tout en ajoutant que la technologie évolue constamment et que, même sans séparateur, Google est souvent capable de distinguer des mots collés l’un à l’autre dans les URL.

En résumé, placez des séparateurs reconnus, comme le tiret, dans vos URL, mais ne vous épuisez pas à remplacer les underscores par des tirets dans vos URL existantes.

Mots clés dans les URL

Oui, il est utile d’utiliser des mots clés dans les URL, tout comme, c’est utile de le faire dans les titres, dans le texte des pages, dans les attributs ALT des images. Pensez, en particulier à utiliser des mots clés dans l’URL des images. chat-siamois.jpg est préférable à IMG_12345.jpg (en supposant qu’il s’agit de la photo d’un chat siamois, évidemment).

Changement d’adresse IP

Marche à suivre pour déménager un site en perturbant Googlebot le moins possible:

  • réduisez la valeur TTL (Time To Live) de votre configuration DNS à une valeur courte, comme 5 minutes (300 secondes). Ceci demande de revérifier l’adresse IP du site toutes les 5 minutes.
  • copiez votre contenu à la nouvelle adresse et assurez-vous de son bon fonctionnement.
  • pointez les DNS vers votre nouvelle adresse IP.
  • examinez vos fichiers log pour vérifier que Google vient bien visiter la nouvelle adresse.
  • attendez que votre ancienne adresse IP ne reçoive plus de visites avant d’en supprimer le contenu.

Note personnelle: ne vous cassez pas la tête. Google suit très bien un changement d’adresse IP, même si vous ne prenez aucune précaution particulière.

Proxy, voleurs de places

Des webmasters sont inquiets de voir certaines de leurs pages sur des proxies, indexées par Google. Il est exact que vous verrez parfois des proxies avec votre contenu dans les résultats de Google, mais la règle générale est que ces pages sont classées loin derrière l’original. Si ce n’est pas le cas, postez un message sur le Google Webmaster Help Group.

Publié le 28 janvier 2008 sous Google | 2 commentaires

 

Fin des parrainages AdSense

Google vient d’annoncer que les parrainages pour « Google AdSense » se termineront définitivement en Europe dans la dernière semaine de janvier.

Vous pouvez conserver l’affichage de vos parrainages AdSense jusqu’à la fin du mois, mais plus aucune conversion ne sera acceptée par Google après janvier. En d’autres termes, seuls les filleuls qui atteindront un seuil de paiement avant fin janvier vous vaudront encore une rémunération !

Autant dire que nous n’avons plus aucun intérêt à maintenir l’affichage de ces parrainages « Google AdSense ». Google signale que ses autres programmes de parrainages restent actifs. Avis aux amateurs non découragés par cette fin de programme pour le moins brutale…

Source : Upcoming referrals changes

Publié le 8 janvier 2008 sous AdSense | 3 commentaires

Live Search et les 301

Si votre indexation sur Live (MSN Search) ne se déroule pas comme prévu, c’est peut-être parce que vous utilisez des redirections 301.

Un symptôme qui devrait vous inquiéter, c’est l’apparition de l’adresse de votre site en majuscules !

MSN Search URL en majuscules

Depuis novembre 2007, le moteur de recherche de Microsoft présente des problèmes dans le traitement des redirections 301. Ces problèmes ont été signalés notamment quand un site changeait de nom de domaine et qu’une redirection 301 était faite de l’ancien domaine vers le nouveau.

Ces problèmes peuvent aussi entrainer que la version sans www de votre site soit indexée au lieu de la version avec www.

Jeremiah Andrick (Microsoft) admet l’existence de ce problème; il ajoute que Microsoft s’attelle à le corriger et vous conseille, en attendant, d’utiliser des redirections 302… 🙄

Sources:
Non-www to www 301
301 redirect affects ranking?

Publié le 7 janvier 2008 sous Live Search | 3 commentaires

Google et META tags

Toutes les balises META ne sont pas utiles, mais certaines peuvent être indispensables. Dans un article récent*, Google explique aux webmasters comment il traite les META.

Les balises META (en franglais, META tags) sont des « instructions » qui sont placées, dans chaque page, dans la première partie du code source (donc entre <HEAD> et </HEAD>).

<TITLE>Titre de la page</TITLE>

Ceci n’est pas une balise META, mais la balise TITLE ! Le contenu de cette balise est souvent utilisé comme titre de la page dans les résultats de Google.

<META NAME="description" CONTENT="Description attractive de la page">

Bien que cette balise ne fasse pas partie du contenu indexé de la page, son texte apparaît fréquemment comme « snippet » dans les résultats de recherche. Vous pouvez voir quelle partie de votre descripion Google pourra afficher avec notre optimiseur de snippet.

<META NAME="keywords" CONTENT="…, …">

Cette balise est sans effet.

<META NAME="robots" CONTENT="…, …">
<META NAME="googlebot" CONTENT="…, …">

Cette balise détermine ce que le moteur de recherche doit faire du contenu de la page. Elle s’adresse soit uniquement au robot de Google (« googlebot »), soit à tous les robots des moteurs de recherche (« robots »).

Si plusieurs paramètres sont utilisés dans cette META, séparez-les par une virgule.

    Liste des paramètres compris par Google:

  • noindex : la page ne doit pas apparaître dans les résultats de recherche
  • nofollow : les liens de cette page ne doivent pas être « suivis » par Google. Il est assez difficile de savoir ce que Google veut exactement dire par « suivi ». Un robot ne suit pas les liens comme le ferait un navigateur. Le robot ajoute les nouveaux liens à sa base de données, il leur donne un certain poids et il les visite quand son algorithme lui indique de les visiter. Je pense qu’ici, pour Google, « ne pas suivre » un lien veut dire « ajouter le lien à la base de donnée, mais ne lui donner aucun poids en plus ».
  • nosnippet : Google ne doit pas afficher de snippet (description) pour cette page
  • noodp : Google ne doit pas utiliser le titre et la description de DMOZ dans les résultats de recherche
  • noarchive : Google ne doit pas afficher de version « en cache » pour cette page
  • unavailable_after:date : Google ne doit plus afficher cette page dans les résultats de recherche après la date indiquée (exemple de date: 8-Dec-2007 10:00:00 GMT).

Si cette balise est absente, les valeurs par défaut sont « index, follow » (la page est indexée et les liens sont « suivis »). Google comprend également la valeur « all » qui correspond aussi aux valeurs par défaut.

Google permet également de remplacer la balise META par une en-tête HTTP « X-Robots-Tag ». Cette possibilité est particulièrement utile si vous voulez interdire l’indexation de documents autres que HTML (fichiers PDF, images ou autres).

<META NAME="google" VALUE="notranslate">

Google ne doit pas proposer de traduction pour cette page dans ces résultats de recherche. Cette balise n’a pas d’influence sur le positionnement du site dans les résultats de recherche.

<META NAME="verify-v1" CONTENT="…">

Cette balise ne s’utilise que sur la page d’accueil. Elle permet d’identifier les personnes autorisées dans les outils webmaster de Google.

<META HTTP-EQUIV="Content-Type" CONTENT="…; charset=…">

Cette balise spécifie le type de codage des caractères utilisé dans la page. Les types de codage les plus courants pour les pages en français sont UTF-8 ou iso-8859-1.

<META HTTP-EQUIV="refresh" CONTENT="…;url=…">

Cette balise META « refresh » redirige automatiquement le visiteur vers une autre page après un certain délai. Si une page a définitivement changé d’adresse, Google recommande d’utiliser plutôt une redirection 301.

HTML ou XHTML

Google accepte les deux sortes de balises META.

MAJUSCULES ou minuscules

Peu importe que vous écriviez <TITLE> ou <title> ou que vous écriviez <META … ou <meta ….

Attention toutefois à respecter scrupuleusement majuscules et minuscules dans la balise « verify-v1 ».

<META NAME="revisit-after" CONTENT="…">

Cette balise est sans effet. Pour donner des informations sur les changements dans les pages, utilisez un sitemap XML qui vous permet de préciser le moment de la dernière modification d’une page et la fréquence des changements.

* Source: Answering more popular picks: meta tags and web search (Google Webmaster Central Blog)

Publié le 8 décembre 2007 sous Google | 3 commentaires

Outils Webmaster Live Search

Le géant Microsoft se réveille ! Après l’ajout récent de millions de pages à son index et les bouleversements qui ont suivi dans les pages des résultats de recherche de Live Search, Microsoft débarque sur le terrain des outils pour webmasters.

Outils Webmaster de Live Search

Ce formulaire permet d’inscrire ses sites dans l’outil. Comme chez Google, l’inscription passe par une étape de validation qui permet de vérifier que la demande provient bien du propriétaire du site.

Les possibilités actuelles comprennent:

  • des outils de diagnostic pour s’assurer que MSNbot peut visiter et indexer les pages du site
  • une interface de soumission de sitemap
  • le nombre de pages indexées
  • les meilleures pages du site (« Top links from« )
  • les meilleurs backlinks (« Top links to« )
  • des conseils destinés aux webmasters
  • la liste des pages les mieux placées pour les mots clés qui vous intéressent

Meilleurs pages selon Live Search
Les meilleurs pages du site selon Live Search

Pour les pages sélectionnées, l’outil affiche le titre de la page (avec un lien), le « rank », la langue de la page, sa localisation, la date du dernier crawl et le statut « bloqué ou non ».

Meilleurs backlinks de Live Search
Les meilleurs backlinks

Soyons francs: je n’ai pas encore réussi à faire fonctionner l’outil de vérification de robots.txt et d’autres fonctions sont encore à perfectionner, mais c’est manifestement un pas dans la bonne direction avec une volonte affichée de fournir des informations utiles au référencement

Pour s’inscrire, une seule adresse: Outils Webmaster (beta) du Centre Webmaster de Live Search.

Publié le 14 novembre 2007 sous Live Search | 3 commentaires